Une alimentation saine et variée pour bébé dès 6 mois

bébé boit à la bouteille du jus orange fraise, pas de problème

Comment et pourquoi diversifier l’alimentation de votre bébé et de l’introduire au plus jeune âge à différents goûts.

 

Quel parent ne rêve pas d’une alimentation riche et variée pour ses bambins sans que les repas ne deviennent un champs de bataille ? Que ce soit en apprenant le jardinage à vos enfants dans votre potager, en cuisinant avec eux et en leur faisant découvrir des saveurs du monde, il y a plein de façons amusantes pour les familiariser avec les différents fruits et légumes.

 

Tout commence dès le plus jeune âge,

afin de leur ouvrir les papilles à de nouvelles saveurs et textures, les bonnes habitudes s’’apprennent tôt.

Vous pouvez commencer à introduire les solides à 6 mois – certains docteurs conseillent même de donner des minuscules quantités de carotte, de panais et de banane dès l’âge de 4 mois. En effet, si vous commencez à donner des solides trop tard (après 10 mois) votre bébé les rejettera plus facilement.

 

Bébé et ses nouveaux besoins :

 

Vers 6 mois commence le sevrage naturel de votre bébé : le lait maternel ou pour nourrissons ne lui suffit plus. Son organisme a désormais besoin d’autres nutriments, en particulier le fer, et il est temps de diversifier son alimentation.

 

Mais attention, ceci se fait par petits pas, en petites quantités, et toujours dans des textures molles (purée, panade, etc.) Les premiers aliments « solides » de votre bébé doivent être faciles à digérer et à avaler, et surtout ne pas présenter un risque d’allergie (contactez votre médecin de famille si vous avez un doute ou si vous avez des cas d’allergie dans votre famille).

 

Il est important d’éviter à tout prix le sel – les petits reins de bébé ne sont pas encore capables de s’en débarrasser – et le sucre – afin d’éviter qu’il développe un bec sucré trop tôt, voire même d’abimer ses petites dents émergentes. Le miel est également à éviter : il peut contenir une bactérie s’avérant toxique pour les intestins de bébé, pas encore complètement développés.

Souvenez-vous qu’il ne faut jamais donner de lait de vache, de chèvre ou de brebis comme boisson principale en dessous de l’âge d’1 an. Le lait maternel ou pour nourrissons reste l’aliment principal de bébé jusqu’à 1 an, à raison de 500 à 600 ml.

 

Comment et dans quel ordre introduire les nouveaux aliments :

 

Comme le prouvent les récentes études scientifiques, l’ordre dans lequel vous introduisez tel ou tel aliment n’a pas vraiment d’importance, mais il est bon d’alterner fruits, légumes, et féculents.

En effet, une bonne méthode est d’introduire un seul nouvel aliment à la fois, en petite quantité, puis d’attendre un ou deux jours avant de le faire réessayer à votre bébé.

 

Cette technique peut prendre jusqu’à plus ou moins 8 semaines avant que bébé n’accepte cette nouvelle saveur et texture. Alors armez-vous de patience ! Si bébé refuse un nouvel ingrédient, ne le forcez pas, cela pourrait faire de l’heure du repas un moment de stress, ou de re-décoration de votre salle à manger en couleur carotte !

Attendez plutôt quelques jours avant de réessayer à nouveau. Sachez aussi que plus vous commencez tôt à introduire de nouveaux goûts, plus votre bébé s’y habituera, et appréciera un menu varié. Rappelez-vous la première fois que vous avez essayé les champignons, ou les olives, ce n’était pas le coup de foudre !

 

À partir de 6 mois :

le baby cook ideal pour tout les repas de bébé afin de diversifier son alimentation

Durant les 6 premiers mois, le système digestif de votre bébé s’est renforcé et est désormais prêt pour les aliments plus solides, et comme il est physiquement prêt, il y a moins de chance pour qu’il rejette ces nouveaux « drôles de trucs ».

Dès 6 mois, votre bébé est capable de digérer, et même d’apprécier les aliments suivants, en s’assurant qu’ils soient très bien cuits et mous ou réduits en panade :

 

  • les carottes, les patates et les patates douces, les panais, les rutabagas… (légumes tubéreux)
  • les pommes, les poires, les bananes, les prunes, les pêches, les abricots, les avocats… (fruits non allergènes)
  • les épinards, les broccolis, les haricots, les courgettes, les choux-fleurs… (légumes verts)
  • la viande rouge non grasse, la volaille et certains poissons (pas de requin, d’espadon ni de marlin)
  • les légumineuses et les pois
  • les beurres non salés faits de noix (attention, renseignez-vous sur les allergies potentielles de votre bébé auprès de votre médecin)
  • les yaourts et les fromages (sauf ceux à pâtes molles et à moisissure)
  • les céréales mélangées au lait maternel ou pour nourrissons

 

Vous pouvez commencer par prendre un nouvel aliment à la fois et le mélanger à un aliment que votre bébé apprécie déjà : ajoutez par exemple une toute petite quantité d’épinards cuits à sa bien-aimée purée de patate douce; puis augmentez ensuite petit à petit la quantité d’épinards.

 

Et si votre bébé fait la grimace et les gros yeux, c’est souvent plus par surprise que par dégoût. Rassurez-le avec une cuillère d’aliments mieux connus. Il est bon de retenir parfois que comme nous adultes, les bébés se lassent vite des repas répétitifs, alors n’hésitez pas lui faire faire des découvertes tous les 2-3 jours. Variez également le type d’aliments que vous lui faites découvrir : une fois un nouveau légume, puis un nouveau fruit, puis des pâtes en lettres, etc.

 

Essayez autant que possible de nourrir bébé avec des plats faits maison. Comme ça vous savez exactement ce que vous mettez dans sa bouche, et il s’habituera également à votre style de cuisine. Cependant, ne soyez pas tenté de saler ou de sucrer à votre goût, même si cela vous paraît fade.

 

Petit « truc » de famille : préparez une bonne quantité de panade de légumes ou de fruits frais et versez la préparation froide dans des bacs à glaçons. Congelez.

Au moment voulu, vous n’aurez plus qu’à décongeler un glaçon de panade dans de l’eau bouillante, et le donner à bébé une fois à bonne température. Cela vous évitera de devoir décongeler une trop grande quantité et d’en jeter le surplus. Avec le temps, vous pourrez augmenter le nombre de « glaçons », pour enfin préparer de plus grandes boîtes quand bébé sera plus grand.

 

De 7 à 9 mois :

le petit peau bio pour avoir une bonne alimentation, c'est mieux que ce de supermarché et ça dépanne

Vous pouvez désormais essayer la nourriture écrasée à la fourchette ou hachée, voire en petits morceaux mous que bébé peut attraper et mettre dans sa bouche lui-même. Bébé appréciera beaucoup ces petits moments d’indépendance, surtout quand, comme vous l’avez remarqué, il commence à vouloir tout attraper et à mettre en bouche !

 

Une bonne technique est de baser le repas sur un féculent tels que :

  • des céréales
  • des petits gressins pour bébé
  • des patates, du couscous, du millet, des pâtes, du riz ou de l’avoine

 

Et d’y ajouter un aliment riche en protéine comme :

  • du poisson (pas de requin, d’espadon ou de marlin, car ceux-ci peuvent présenter des traces de mercure !)
  • des œufs cuits durs (pas coulants)
  • des produits laitiers, de la viande rouge non grasse, de la volaille, des lentilles…

 

Si votre bébé aime beaucoup les légumineuses et les lentilles, faites aussi en sorte de lui faire manger du pain, du riz et des pâtes comme alternative, car trop de fibres peuvent remplir le ventre de bébé trop vite, et ne pas laisser de place pour les aliments plus riches en énergie.

 

10  – 12 mois :

 

Les repas peuvent ressembler de plus en plus aux vôtres; gras, sel et sucre en moins !

L’indépendance de bébé s’installe de plus en plus, alors, à lui la cuillère ! Enfin, en quelque sorte. Une bonne technique pour que bébé apprenne doucement à se nourrir seul, tout en mettant de la nourriture dans sa bouche et pas que dans ses oreilles, est la suivante : gardez une cuillère avec laquelle vous le nourrissez réellement et donnez-lui sa propre cuillère pour qu’il essaye de vous imiter.

 

Vous pouvez aussi commencer à organiser 2 à 3 repas et 1 à 2 collations par jour (toujours en petite quantité).

 

Continuez de varier les repas et les aliments, en gardant le menu aussi frais et sain que possible.

 

1 an et plus

 

Son poids a atteint plus ou mois trois fois le poids à la naissance, et sa croissance se ralentit légèrement. Et avec elle, son appétit. Patience donc, maintenant que bébé s’intéresse plus à jouer et à grimper partout qu’à manger, il arrivera qu’à certains repas, il ne touche presque rien. Ne paniquez pas, les enfants écoutent leur corps de façon beaucoup plus instinctive que les adultes, et savent naturellement quand ils sont rassasiés. Et souvent, ils se rattrapent naturellement au prochain repas. Cependant, si votre bébé rejette la nourriture trop régulièrement, contactez votre médecin de famille.

 

Votre bébé mange désormais presque le même menu que vous : il prend ses 3 repas en famille, et profite également d’une ou 2 collations. Cependant la texture et les portions bien sûr restent adaptées à ses capacités. Préférez toujours les petits morceaux, les texture molles et les aliments bien cuits, pour faciliter la digestion de bébé.

 

Entre 1 an et 3 ans, votre enfant apprend à affirmer son autonomie et à tester ses limites, surtout lors des repas. Il apprend à refuser et à décider pour lui-même. Après 3 ans, il devient plus difficile d’essayer de lui faire goûter de nouveaux aliments : c’est ce qu’on appelle la phase de néophobie alimentaire. Il convient donc de ne pas avoir des attentes trop élevées à propos de ce que vous aimeriez que bébé mange. La meilleure chose à faire est de lui offrir des options : “tu veux des patates ou des pâtes ?” “broccoli ou haricots ?” tout en gardant ces options aussi saines et variées que possibles.

 

Bébé commence également à se nourrir seul, avec une cuillère…quoiqu’il préférera sans doute s’amuser à étaler sa purée partout sur sa figure ! Bien qu’il soit important de lui apprendre à manier la cuillère et à manger proprement, il est également essentiel de ne pas faire du moment du repas un moment de stress et de réprimandes. Établissez vos règles calmement (“Laisse ton gobelet sur la table”, “Essuie ta bouche”…) afin qu’il n’exagère pas non plus.

 

Apprendre à manger sainement en s’amusant :

 

Rappelez-vous, le repas doit rester un moment de plaisir, pour les grands comme les petits. Bien que bébé en mette partout, et ne mange pas toujours ce que vous voulez, essayez de garder une attitude positive, et surtout, profitez de votre repas à vous aussi.

 

L’important est d’offrir une alimentation aussi variée que possible à votre bambin dès 6 mois, en palliant l’arrivée de nouveaux aliments de façon douce et progressive (une petite quantité d’un nouvel aliment à répéter tous les 2-3 jours pendant quelques semaines) en alternant fruits et légumes. Pour qu’une alimentation soit diversifiée, elle doit se composer d’aliments riches en nutriments et en énergie, et pauvre en gras, sel et sucre ! L’idéal est d’équilibrer l’assiette comme suit : 1/3 légumes, 1/3 féculents ou céréales (de préférence sans gluten), 1/3 poisson ou viande.

 

Les enfants apprennent de nouvelles compétences et connaissances essentiellement par le jeu. Et il en va de même pour la nourriture. N’hésitez pas à faire des activités autour de la nourriture avec votre bambin, une fois qu’il a grandi. Vous pouvez lui apprendre à cuisiner avec vous en commençant par de petites tâches faciles et pas dangereuses, et même apprendre le jardinage à vos enfants en commençant un petit potager : ils comprendront non seulement d’où viennent les fruits et légumes, mais seront également ravis de goûter ce qu’ils ont cultivé eux-mêmes.

 

Rappel :

 

NE PAS DONNER à votre enfant d’1 an ou moins les aliments suivants :

 

  • SEL : ses petits reins sont pas encore assez développés pour traiter le sel, ce qui peut le mettre en mauvaise santé

 

  • MIEL : contient une bactérie qui peut s’avérer toxique pour les jeunes intestins

 

  • SUCRE : le sucre est très addictif, mauvais pour la santé, les dents, le sang, le sommeil et les niveaux d’énergie

 

  • ÉDULCORANTS : aucun apport nutritif et peuvent encourager l’enfant à réclamer du sucre et refuser les autres aliments

 

  • CERTAINS POISSONS : on retrouve des traces de mercure dans certains poissons tels le requin, l’espadon et le marlin

 

  • THÉ OU CAFÉ : le tanin dans le thé empêche la bonne absorption du fer, dont les bambins de cet âge ont tant besoin; et la caféine, comme vous le savez déjà, est déconseillée pour tout le monde !

 

  • PRODUITS “LIGHT” : les produits light compensent souvent par des additifs peu recommandés pour la santé, et sont parfois démunis de bons nutriments. De plus, bébé est à un âge où il a besoin de calories.

 

Évitez également l’empoissonnement alimentaire que les ingrédients suivants peuvent causer :

 

  • FROMAGES À PÂTES MOLLES ET À MOISSISSURE

 

  • FRUITS DE MER CRUS OU PEU CUITS

 

  • ŒUFS À LA COQUE, COULANTS OU CRUS

 

  • PATÉ DE FOIE

 

Enfin, pensez à vérifier les risques potentiels d’allergies causées par :

  • GLUTEN : présent dans certaines céréales, le pain, les pâtes
  • CERTAINS POISSONS ET FRUITS DE MER
  • AGRUMES
  • NOIX
  • LAIT DE VACHE
  • SOJA
  • ŒUFS

Vous aimerez peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *